We want to financially support activists with different opinions who fight against injustice in the world. We also need your support for this! Feel free to donate 1 euro, 2 euros or another amount of your choice. The activists really need the support to continue their activities.

Wij willen activisten met verschillende opinies die vechten tegen onrecht in de wereld financieel steunen. Hiervoor hebben wij ook uw steun nodig! Doneer vrijblijvend 1 euro, 2 euro of een ander bedrag naar keuze. Deze activisten hebben de steun hard nodig om hun activiteiten te blijven uitoefenen.

Nous voulons soutenir financièrement des militants aux opinions différentes qui luttent contre l'injustice dans le monde. Nous avons également besoin de votre soutien pour cela! N'hésitez pas à faire un don de 1 euro, 2 euros ou un autre montant de votre choix. Les militants ont vraiment besoin de soutien pour poursuivre leurs activités.

Wir wollen Aktivisten mit unterschiedlichen Meinungen, die gegen die Ungerechtigkeit in der Welt kämpfen, finanziell unterstützen. Dafür brauchen wir auch Ihre Unterstützung! Sie können gerne 1 Euro, 2 Euro oder einen anderen Betrag Ihrer Wahl spenden. Die Aktivisten brauchen wirklich die Unterstützung, um ihre Aktivitäten fortzusetzen.

Queremos apoyar económicamente a activistas con opiniones diferentes que luchan contra la injusticia en el mundo. ¡También necesitamos su apoyo para esto! No dude en donar 1 euro, 2 euros u otra cantidad de su elección. Los activistas realmente necesitan el apoyo para continuar con sus actividades.

Queremos apoiar financeiramente ativistas com diferentes opiniões que lutam contra as injustiças no mundo. Também precisamos do seu apoio para isso! Fique à vontade para doar 1 euro, 2 euros ou outra quantia à sua escolha. Os ativistas realmente precisam de apoio para continuar suas atividades.

Donations

Search for an article in this Worldwide information blog

woensdag 14 juli 2021

#WORLDWIDE #BELGIUM #gettingthevoiceout #News #Journal #Update - [#gettingthevoiceoutnewsletter] #AUDIO : #Torture dans le #cachot du centre fermé 127 bis

 Publié le  par admin  - Read this post in English, Nederlands

Torture dans le cachot du centre fermé 127 bis

Monsieur X nous avait témoigné le 05/05/2021 de l’extrême violence qu’il avait subie dans le cachot du centre fermé 127 bis .Nous avions évité de le publier à ce moment-là pour ne pas le mettre en danger de nouvelles représailles dans le centre.

Suite à cette violence, il a présenté d’importantes douleurs au dos traitées par le médecin du centre avec des antidouleurs. Le 30/06/2021 (1 mois et demi plus tard) suite à une persistance de ces douleurs et sa difficulté de marcher un scanner est demandé : “Hernie discale importante”.

Constat d’un médecin extérieur 07/07/2021 ” Le scanner montre effectivement une hernie discale entre les vertèbres L4 et L5 avec une compression de la racine L5 (5e lombaire) ce qui peut provoquer une douleur sciatique très importante dans le membre intérieur gauche et des lésions du nerf qui peuvent éventuellement devenir chroniques.  Si il  n’avait aucun symptôme avant ce qu’il a subi dans le centre, on peut éventuellement mettre ces constatations en rapport avec le traumatisme (position forcée prolongée comme il le décrit). 

Parole d’une visiteuse 07/07/2021 : “Il attribue son problème au dos aux violences qu’il a subies dans le centre le 5 mai. Il est très précis sur ce qui s’est passé: il a été arrêté le 30 avril et a dû donner son téléphone. Il avait gardé la carte sim et a refusé de la donner quand on la lui a réclamée. Il a été menotté, les mains dans le dos, puis on a attaché ses pieds en repliant ses jambes sur son dos et on l’a frappé dans le dos. Et depuis lors, il a mal. Il est prêt à porter plainte dit-il.”

Suite aux lésions graves constatées Monsieur a été libéré du centre ce 07/07/2021 avec un Ordre de Quitter le TerritoireCe jour 09/07/2021 il demande qu’on publie “Pour que cela ne soit plus infligé aux autres.” 

AUDIO du 5/05/2021  ici https://www.gettingthevoiceout.org/wordpress/wp-content/uploads/2021/05/torture-127-bissans-titre.mp3


Transcription de l’audio:

“Je suis au centre fermé 127 Bis, hier mercredi matin vers 9heures, j’ai reçu des messages de mon avocat et je voulais transmettre à mon assistant social, j’ai appelé la sécurité, et il y avait une dame devant ma porte,Elle a ouvert la porte  et je lui ai demandé Madame, svp je peux voir mon assistante sociale ?La dame m’a répondu “ton assistante sociale sera là dans l’après-midi”j’ai dit “Mme sil vous plait, c’est un cas urgent pour moi,
Je dois faire un recours, c’est aujourd’hui mon dernier délai, si mon avocat ne reçoit pas mes dossiers.” 
La dame m’a répondu “Mr c’est pas vous qui décidez, il faut attendre jusqu’à cette après-midi”.
“Et puis madame prenez  ce papier puis le numéro de téléphone de mon avocat et son mail
Vous allez déposer dans votre bureau quand vous verrez mon assistante sociale, vous allez lui donner, ça ira plus vite”.
La dame voulait fermer la porte alors que j’essayais de lui parler.
Moi j’avais un petit téléphone Nokia, je l’ai jeté par terreJe dis c’est n’importe quoi.La dame a pris son téléphone pour appeler la sécurité et ils sont venus . Il y a beaucoup de monde qui est venu. Ils ont  demandé ce qui se passe et je l’ai dit ;  puis on m’a dit monsieur, écoutez.Tout le monde ici, on doit écouter les gens, la dame je dois lui parler et elle ne veut pas m’écouter, donc moi j’ai jeté ce téléphone“voila Mr, tu dois pas faire ça, tu dois respecter les gensok il faut respecter les gens mais il faut nous respecter aussi, nous sommes des êtres humains comme vous Après, ils ont pris le téléphone, ils sont repartis, Après trente minutes, ils sont revenus avec le directeur du centre
ils m’ont dit, Mr on a avisé le nécessaire, il vous faut une sanctionj’ai demandé quelle est la sanction, ils m’ont dit ‘tu dois aller à l’isolement, tu vas rester là-bas pendant 24h. Et puis il n’y a pas de soucis, ils m’ont pris et on m’a envoyé dans la chambre d’isolement. Ils ont récupéré tout ce que j’avais dans les mains, dans les poches, mes chaussures, ma ceinture, ils ont tout pris. J’avais ma carte sim dans ma petite poche, ils m’ont demandé de leur donner ça, j’ai dit non, ça c’est pour moi, je vais garder ça, je vais la mettre dans mon téléphone pour appeler mon avocat pour qu’il me dise ce qu’il faut.
Le directeur même est venu, ils ont appelé plus de 7 hommes, ils sont venus me trouver dans la chambre, il a ordonné à ces gens de me prendre par la force et de récupérer la carte sim.Ces 7 hommes sont tombés sur moi, ils m’ont menotté et ils ont marché sur mon dosIls ont fait tout ce qu’il faut pour récupérer la carte sim Ils m’ont menotté, ils ont attaché mes pieds avec des menottes, les deux mains par derrière. Ils sont ressortis
Après ils sont revenus encore une deuxième fois pour vérifier si c’était bien attaché.“il faut bien l’attacher pour ne pas qu’il bouge d’ici”
ils m’ont attaché une deuxième foisil y avait un monsieur qui a pris mes pieds par derrière, j’étais couché sur le ventre, il a plié mes pieds pour les envoyer vers la tête, tout ça mon dos et ma tête ça me fait mal . Après j’ai crié, je me suis levé et je ne pouvais pas m’asseoir ni me mettre bien. J’ai pleuré et j’ai dit vous avez cassé mon dos.Ils ont couru directement m’enlever les menottes et enlever le scotch. Parce que j’avais pleuré beaucoup il y avait beaucoup de choses sur le matelas, ils ont tout nettoyé, ils ont pris les menottes et le scotch et sont sortis et ils ont fermé la porte. Ils m’ont laissé ainsi 13h jusqu’au lendemain à midi pour revenir me voir. J’étais en carême toute la nuit il n’y a pas eu de nourriture ni de boisson ni rien, il n’y a personne qui est passé. Ils sont passés le lendemain pour me dire que voilà, ton isolement est fini, tu peux sortir. Moi je ne pouvais pas me lever, ils m’ont dit de me lever, j’ai répondu mon dos est cassé je ne peux pas me lever, ça me fait mal.
Je suis resté encore deux heures de temps, ils ont vu que vraiment, je n’ai pas bougé. Je suis resté comme j’étais hier, couché sur le ventre. Je n’ai pas bougé , ils ont eu peur peut-être, ils ont appelé l’ambulance, l’ambulance m’a  conduit à l’hôpital de Vilvoorde. Là-bas ils ont fait une radio. Le docteur m’a dit qu’il n’y a rien. Ils ont vérifié sur mon dos, il n’y a pas d’os qui sont cassés, je n’ai rien. Ils m’ont repris, renvoyé encore vers le centre. Là ou je suis comme ça, la j’explique depuis un autre cellule d’isolement.
Je suis là, donc c’était ça le témoignage et ce qui c’est passé dans le centre.”

Geen opmerkingen:

Een reactie posten